Yohanne Lamoulere: Croire en l’amour et quitter sa terre

23.12.2019

Yohanne Lamoulere: Croire en l’amour et quitter sa terre

 

Photographies: Yohanne Lamoulere – Texte: Victoire Pallard

 

Croire en l’amour et quitter sa terre

Un écran de fumée dissimule sans la cacher une bienveillance infinie. 

Vogue les jeunes phocéens, peuple grec venues d’Asie.  

On regarde vers la mer, les yeux à l’horizon sur les hauteurs de la ville.

On se dit que l’on pourrait partir si on le voulait ou que l’on voudrait partir si on le pouvait.

Les phocéens dirigent leurs vaisseaux vers l’extrémité de la mer. 

Un ruban de lumière court sous les ponts. Un regard se lève, ébloui, d’autres restent atterrés, rivés sur le sol. Au loin une comète passe et personne ne la voit.

Les phocéens pénètrent jusqu’aux dernières bornes de la mer et arrivent à ce golfe où se trouve l’embouchure du Rhône. 

Des cyprès se dressent, fiers dans le bleu d’un ciel trop rare, enseveli sous la pierre. Et toi, tu me regardes du haut de ta jeunesse.

Séduit par la beauté des lieux, le tableau que les phocéens en firent à leur retour y appela une troupe plus nombreuse. 

Il nous faut bâtir de nouveaux songes, car à quoi rêvent les enfants dans les jardins stériles ? 

Les chefs de la flotte furent Simos et Protis. Ils allèrent trouver le roi des Ségobriges sur le territoire duquel ils désiraient fonder une ville et lui demandèrent son amitié. Ce jour-là, le roi était occupé à préparer les noces de sa fille Gyptis. Selon la coutume, il se disposait à donner sa fille en mariage au gendre qu’elle choisirait durant le festin.

Sur cette terre promise, chacun aura sa chance et sa liberté d’exister. Dans ta nudité supposée, dans tes cheveux décolorés, dans ces fleurs artificielles, dans cette robe blanche par toi portée, j’inscris cet instant tendu, l’instant suspendu de tous les possibles et de toute éternité. 

Tous les prétendants avaient été invités ; le roi y convia aussi ses hôtes grecs. On introduisit la jeune fille et son père lui dit d’offrir de l’eau à celui qu’elle choisissait pour mari. Alors, laissant de côté tous les autres, elle présente de l’eau à Protis. Marseille fut ainsi fondée près de l’embouchure du Rhône, au fond d’un golfe, et comme dans un coin de la mer. 

Prêt de toi trouver le repos, souffler et s’oublier. 

Un baiser, unique et universel, éternel et fugitif. 

L’amour comme seul survivance, 

D’où que l’on vienne, où que l’on soit, qui que l’on soit.