Les Kho et la salle de fer: Walid Bouchouchi + Jalis Vienne

 

Au sous-sol d’un supermarché algérois, dans le quartier de Khelifa Boukhalfa. 

Sous les yeux de Jalis Vienne, se joue le tableau d’une jeunesse laissée pour compte, qui cherche à clamer son existence en affichant une musculature proéminente qui frôle parfois la difformité. Le gouvernement algérien et la politique de l’emploi n’offrent aucune mesure pour aider ces jeunes, en majorité au chômage. S’ils n’ont pas le pouvoir sur leur avenir, ils le reprennent sur leur corps et le modèlent à leur convenance. La salle d’haltérophilie a été ouverte par un certain Houari, à qui tous vouent un culte : c’est un nouveau mentor, une source d’admiration et d’espoir. Les dessins de Walid Bouchouchi (diplômé en 2015 des Beaux Arts d’Alger) ont été réalisés en réponse aux photographies. Le noir sur blanc et la spontanéité du trait commente et questionne la réalité de ces corps. 

 

Photographies: Jalis Vienne – Illustrations: Walid Bouchouchi – Texte: Élise Amblard