Hannah Sommer: Asheville, une enclave progressiste

 

 

Un sénateur l’a qualifiée de « bas-fond du pêché », les montagnes qui l’entourent verdoient et ses habitants entretiennent un rapport quasi-tribal : bienvenue à Asheville, petite ville progressiste et libérée de Caroline du Nord. La photographe Hanna Sommer y a grandit, et, au fil de rencontres et d’observations, a constitué la série Kids in Asheville. Elle y fait le portrait de cette jeunesse un peu paumée mais joyeuse, souvent issue d’éducations alternatives,  American Spirits au bec et cœurs à la fête.

 

Photographie: Hannah Sommer – Texte: Élise Amblard – Traduction: Toni Lacotte – Production: Soleil Rouge

 

Michael, Zeppelin, Eli et Shaun

 

Sage, 19 ans, danseuse et artiste

 

Holden et son tatouage fait après avoir étudié le Kung-fu en Chine

 

Eva, musicienne, fume une cigarette devant un garage à Swannanoa, Caroline du Nord

 

 Après avoir repéré Nathanael descendre la rue, j’allume sa cigarette

 

Gauche: Huckleberry dans une décharge de West Asheville

Droite: Les soeurs Claire, Alice et Analise dans leur appartement à West Asheville

 

 Holden et Owen, meilleurs amis, tirs au fusil derrière la maison d’Owen

 

Owen, 21 ans, forgeron

 

Les jumeaux Taekwon et Raekwon à l’étage du bar Double Decker bus

 

Nausica, artiste et Nathanael, musicien, dans la forêt de Warren Wilson

 

 Kai, étudiant en cinéma, dans le River Arts District pendant une nuit de blizzard