Festival de Hyères: rencontre avec Keef Palas, finaliste accessoires de mode

Keef Palas est une marque d’accessoires lancée par deux amies, Claire et Eugenia. Leur crédo : lutter contre la société de consommation en proposant des bijoux végétaux dont la durée de vie dépend de la nature.

Entretien: Élise Amblard – Traduction: Toni Lacotte – Photographie: William Fleming pour Soleil Rouge

 

 

Vous avez créé Keef Palas toutes les deux. Comment vous êtes-vous rencontrées ?

On s’est rencontrées à Mallorque. Claire en est originaire. On y passe nos vacances d’été et on avait beaucoup de potes en commun là-bas, ils nous ont présentées en août 2014. Mais on est vraiment devenues proches à partir de la naissance de Keef Palas, il y a presque deux ans. Et malgré la nature éphémère de notre projet, on aimerait que notre amitié traverse le temps.  

 

Qu’est-ce qui vous a amenées au design de bijoux ?

À la base, Claire est photographe et styliste,  elle a fait des études de mode. Eugenia a travaillé en communication et journalisme. Aucune de nous n’a fait d’école de joaillerie. C’est vraiment grâce à Keef Palas que l’on a découvert l’univers du bijou. On est toutes les deux des artholics très ouvertes d’esprit, on adore expérimenter, on aimerait d’ailleurs toucher à d’autres domaines du design.  

 

 

Vous tirez votre inspiration de la nature pour créer vos bijoux, les végétaux sont votre matière première.  Pourquoi avoir choisi de travailler exclusivement avec des éléments périssables ?

Nos bijoux sont éphémères. Ils peuvent être portés uniquement sur une période de temps limitée : c’est notre leitmotiv. Nous ne les modifions pas. En contraposition avec la courte vie des pièces de fast-fashion régie pas les règles du néolibéralisme économique, la temporalité des bijoux de Keef Palas dépend des lois de la nature.

 

 

D’où viennent vos idées, lorsque vous travaillez sur une collection ? Comment avez-vous construit la nouvelle ?

Il y a une phrase – sûrement de Patricia Highsmith – qui dit  “On passe notre vie en train de chercher ce que l’on a dans notre jardin”. Ça pourrait très bien résumer l’origine du projet et sa collection végétale.

 

Quel est le message que vous aimeriez transmettre avec cette collection ?

L’urgence de protéger la planète des actions de certains systèmes économiques et de ses néfastes conséquences. On est très préoccupées par la conduite des industries de fast-fashion.

 

“L’urgence de protéger la planète des actions de certains systèmes économiques et de ses néfastes conséquences. On est très préoccupées par la conduite des industries de fast-fashion.”

 

Qu’est-ce que ça vous fait d’être finaliste du prix accessoire du Festival de Hyères cette année ?

C’est un très grand honneur. Il s’agit d’une très belle opportunité professionnelle et personnelle.  On est sûres que ça va laisser une énorme empreinte dans nos vies. Trop hâte !

 

Vos bijoux sont périssables, leur vie est donc limitée. Quelle est votre position au regard de leur prix (50€) ?

Keef Palas est dans l’ère du temps. Les gens doivent considérer nos bijoux comme s’il s’agissait de fleurs. Personne ne se pose la question lorsqu’il s’agit d’acheter un bouquet : pourtant, il sera sec trois jours plus tard. Ce qui est absurde et malveillant, c’est de vendre des t-shirts à 1€.

 

 

Pensez-vous que les jeunes artistes doivent s’engager et apporter un regard neuf sur notre société hyper-connectée ? Quel est le rôle de la mode et du design aujourd’hui ?

Tout le monde devrait s’engager, pas seulement les artistes. Parfois on a l’impression que les gens sont endormis. Nous, on se pose cette question : quel est le rôle de la mode et du design aujourd’hui ?

 

 

Comment vous voyez-vous dans dix ans ?

Le futur c’est là, maintenant !

Vous sentez-vous appartenir à un courant artistique ?

Peut-être, on a pas assez de perspective pour répondre à cette question.  Ce sera aux historiens de l’art de le décider ! (rires) En tout cas, on essaie d’envoyer un message politique au public : c’est l’un de nos buts premiers. Il n’y a rien chez nous qui soit seulement esthétique. La seule chose que l’on peut vous affirmer aujourd’hui c’est que nos bijoux invitent au dialogue et à la réflexion.